Barack Obama



Barack

Barack Obama (1961)


Des origines sans arrêt attaquées


De tous les présidents américains, Barack Obama est sans aucun doute celui dont la naissance a été le plus largement documentée. Barack Hussein Obama II, né le 4 août 1961 à Honolulu. Sa mère lui fera découvrir les discours de Martin Luther King. De son origine métissée et de son enfance «différente», Obama dit aussi qu’il a souffert, préférant au collège se faire appeler «Barry» plutôt que Barack Hussein, le double prénom de son père. Avant finalement d’assumer fièrement son héritage. «Dans ma famille, c’est un peu comme les Nations unies en miniature, a-t-il dit un jour, j’ai des parents qui ressemblent à Bernie Mac (un acteur noir) et d’autres à Margaret Thatcher.»



Un parcours entre les ghettos et Harvard


Après le lycée à Hawaï, Obama part en Californie pour l’université. Il y prononce son premier discours public en 1981, dans lequel il appelle les Américains à ne plus investir en Afrique du Sud pour protester contre l’apartheid, un développement qui consiste à séparer des populations selon des critères raciaux ou ethniques.Sa vie bascule lorsqu'il répond à une petite annonce pour devenir travailleur social dans les banlieues pauvres de Chicago (13 000 dollars par an) et se confronte à la misère dans les quartiers noirs. Chicago devient alors sa ville d’adoption. Après de nouvelles études de droit à Harvard (Massachusetts), Obama devient le premier Afro-Américain à animer Harvard Law Review, ce qui est exceptionnelle dans un pays qui a connu une ségrégation raciale jusque dans les années 1960. A sa sorti d'Harvard il devient avocat en droit civile.



Une vie politique chahutée par la concurrence


Le 4 Novembre 2008, Obama devient le premier président noir américain lors d’une élection historique. Le mandat qui suit est néanmoins plus compliqué que prévu. Confronté à la crise, il lance un vaste plan de sauvetage, mais le pays reste divisé sur les résultats. L’Amérique voit l’émergence d’un courant anti-Obama, représenté par le mouvement populiste des Tea Party. Les républicains remportent la majorité à la Chambre des représentants à l’automne 2010 et s’opposent systématiquement au locataire de la Maison Blanche. Ils dénoncent la dette publique et le déficit de l’État fédéral. Il doit aussi faire face aux dérapages extrémistes des birthers, un mouvement qui maintient qu'Obama n'est pas américain et ne devrait pas être président. Il réussira tous de même à être réélu lors des élections du 6 novembre 2012 pour un deuxième mandats.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site