Malcolm X


MalcolmX


Malcolm X (1925-1965)

 

         Malcolm X demeure une figure dans l’Histoire des noirs américains. Ce grand orateur est considéré par certains comme un ardent défenseur des droits et des libertés du peuple noir au XXe siècle et par d’autres, comme un raciste anti-blanc et violent. Sans doute était-il autant l’un que l’autre ? 

 

         Malcolm X, né Malcolm K. Little, le 19 mai 1925 et est assassiné le  21 février 1965, aussi connu sous le nom de El-Hajj Malik El-Shabazz, était un prêcheur musulman afro-américain.

 

Pourquoi déteste t-il tant les Blancs ?


         Le père de Malcolm était pasteur, militant de l’Association universelle pour le progrès fondée par Marcus Garvey qui estimait que seul un retour en Afrique des Noirs d’Amérique leur permettrait d’être de véritables hommes libres. Sa mère Louise était une antillaise qui avait la particularité d’avoir le teint clair en raison du viol de sa mère par un blanc. Ce qui inspirait à ce dernier un sentiment de répulsion, il avait ainsi appris à haïr chaque goutte de sang qu’il tenait de l’homme blanc qui avait violé sa grand-mère. De plus, quand il fut âgé de 5 ans, le Ku Klux Klan imposèrent leur terreur. Ils mirent le feu à la maison des Little afin de sanctionner l’engagement du père au service d’idées jugées révolutionnaires : « Je me rappelle que nous nous retrouvâmes dehors, en pleine nuit, en caleçon, pleurant et hurlant de toutes nos forces. Les policiers, les pompiers blancs étaient là ; ils regardèrent la maison brûler jusqu’à ce qu’il n’en restât rien. » La famille fut contrainte de déménager à Lansing dans l’État du Michigan, mais bientôt se fut le décès du père de Malcolm, dont la famille avait déjà été décimée par le meurtre de cinq de ses six frères par ces mêmes racistes. Ainsi, ces violences marqueront à jamais Malcolm et chaque mort marqua à nouveau la tragédie qui frappa la dynastie Little et que rien ne vient conjurer.  

 

Ensuite ?


              En 1946, après avoir été condamné à dix ans de prison pour cambriolage. Il rejoint la « Nation of Islam » (NOI), organisation partisane de la création d'un État noir indépendant sur le sol américain, et se convertit à l'islam. Libéré en 1952, il abandonne son nom d'esclave et devient Malcolm X. Devenu pasteur, il devient le porte-parole officiel de la national de Nation of Islam pendant un certain temps. Il fonda également Muslim Mosque, Inc. et l'Organisation pour l'unité afro-américaine (Organization of Afro-American Unity, OAAU).

 

Pendant sa vie, il passa du métier de trafiquant de drogue et de cambrioleur à celui de grand meneur du mouvement nationaliste noir aux États-Unis. Il est considéré par certains comme l'un des martyrs de l'Islam et un grand avocat de l'égalité.  Meneur militant, Malcolm X soutenait la fierté noire (Black Pride), l'autosuffisance économique et l'identité politique de la communauté afro-américaine (Black Nationalism). Dans les derniers mois de sa vie, il s'éleva au rang de panafricaniste (Le panafricanisme se définit comme un mouvement politique et culturel qui vise à unir les Africains et les descendants d'Africains hors d'Afrique, à régénérer l'Afrique, ainsi qu'à encourager un sentiment de solidarité entre les populations du monde africain. Le panafricanisme glorifie le passé de l'Afrique et inculque la fierté par les valeurs africaine) mondialement connu et de soutien inconsidéré aux droits de l'homme. Suite à un pèlerinage à la Mecque en 1964, Malcolm X devint un Sunnite (Le sunnisme est le courant religieux majoritaire de l'islam. Il représente 85 à 90 % des musulmans).

 

            Moins d'un an plus tard, il fut assassiné à New York le premier jour de la National Brotherhood Week (Semaine nationale de la fraternité). Bien que trois membres de Nation of Islam furent condamnés pour son assassinat (l'un d'eux ayant avoué), un certain nombre de théories circulent qui affirment la participation active de certains membres du gouvernement des États-Unis, mais aucune source fiable n'indique cela de manière certaine.

 

Malcolm X disait : " The future belongs to those who prepare for it today "

 

Exemple de discours de Malcolm X



              L'explication de ce discours et qu'il existe deux groupes différents : " le nègre de maison " et " le nègre des champs ", Malcolm X prend toute sa force lorsqu'il souligne les expressions utilisées par ces deux groupes ainsi : Le nègre des champs est l’esclave assigné aux travaux agricoles. Il ne voit que très rarement son maître, est soumis au travail forcé et soumis au fouet, à la volonté et au pouvoir de vie et de mort de ses contremaîtres salariés. Il ne lui est offert aucune possibilité d’échapper à sa condition de servitude et d’oppression. Alors que le nègre de maison, lui, vit, respire et se règle sur le pas de son maître et de sa famille. Il est majordome, cuisinié, servant. Il aurait même la possibilité de racheter sa liberté ou de s’émanciper quand ont le met entre les mains d’un "bon" maître, mais n’en veut pas vraiment car cela l’éloignerait de sa protection et ses bienfaits. Il voit même une chance de purification de sa descendance. Alors que le nègre des champs utilise la troisième personne du pluriel, le nègre de maison quant à lui usera de la première personne du pluriel, il partage le mépris, mêlé de terreur et de haine, pour les nègres des champs et leurs rebellions contre l’oppression et quand son maître aura l'envie de les châtier, il dira " nous avons bien fait de châtier ces nègres ". Par conséquent, Malcolm X développe une explication de ces divergences en faisant le portrait de la mentalité de ce qu'il appelle, d'une part, le "nègre des champs " et, d'autre part, le "nègre de maison" .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site